Accueil du site > Expressions > Thomson Genlis : vers une désindustrialisation en douceur ?

Thomson Genlis : vers une désindustrialisation en douceur ?

mardi 9 mars 2004, par 1 Sud Industrie 35

par Goulou

source www.bienpublic.com

Thomson : Vers une désindustrialisation en douceur ?

Comité d’entreprise extraordinaire à Genlis mardi, réunion d’un groupe de travail à Boulogne hier, la question de l’emploi mobilise la réflexion chez Thomson. Parmi les activités en situation de fragilité : la production de décodeurs ou « BAP » qui emploie environ 400 personnes à Genlis. Lors du comité de groupe extraordinaire, le 22 janvier dernier, Christian Brière, directeur de ressources humaines du groupe, avait évoqué « les problèmes de saisonnalité » du secteur, précisant que « Genlis était le site qui en souffrait le plus ». Philippe Barbarit, directeur des ressources humaines du secteur, avait ajouté qu’il était de « plus en plus difficile » pour Thomson « de rivaliser en terme de coûts en fabriquant les décodeurs en Europe » et qu’il faudrait bien se poser « la question de maintenir oui ou non deux centres de production en Europe ». Les « consommateurs pas encore au rendez-vous » Suite à ce comité de groupe extraordinaire de janvier, la tenue d’un comité d’entreprise extraordinaire avait été sollicitée à Genlis par les membres du comité d’entreprise. Il s’est déroulé mardi. « Des demandes de chômage partiel seront faites pour, au moins, le premier semestre », explique Sylvie Tika, de la CFDT. « Genlis ne pourra, entre autres, rester compétitif que sur les produits de haute technologie comme les produits à disque dur intégré », précise-t-elle. Cette innovation technologique permet d’arrêter le film du dimanche soir puis de le reprendre au même endroit plusieurs minutes après à l’instar d’un magnétoscope permanent. « Ces matériels sont encore chers et les consommateurs ne sont pas encore au rendez-vous », souligne la représentante syndicale. A l’issue de la réunion de mardi, les syndicats de l’entreprise ont accepté la proposition de la direction : la mise en place d’un groupe de travail comprenant les membres de la direction, les membres de la commission économique, donc du comité d’entreprise, et les délégués syndicaux. « Ce groupe de travail participera à la mise en place d’une stratégie de réindustrialisation », explique Sylvie Tika. « Il ne s’agit pas de l’ouverture d’un livre IV ou d’un livre III prélude à un plan de licenciement », insiste-t-elle. « Il s’agit de trouver des entreprises qui accepteraient de s’implanter sur le site de Genlis et d’embaucher des salariés de Thomson ». Une manière de désindustrialiser l’usine de Genlis en douceur, en quelque sorte. Francis ZIEGELMEYER