Accueil du site > Expressions > Répression syndicale chez Michelin : solidarité !

Répression syndicale chez Michelin : solidarité !

mardi 13 juin 2006, par 1 Sud Industrie 35

Michelin : appel à la grève en soutien à 4 syndicalistes poursuivis après la grève à Roanne.

En mai, le site avait été bloqué pendant une semaine la production étant totalement interrompue pendant trois jours faute de matière première, la gomme. Les grévistes avaient repris le travail le 13 mai sans avoir obtenu satisfaction.

Les syndicats Sud et CGT ont appelé lundi les salariés de l’usine Michelin de Roanne à faire grève jeudi, en soutien à leurs quatre délégués poursuivis pour blocage du site le mois dernier. Jérôme Lorton, secrétaire Sud (majoritaire à Roanne) du comité d’entreprise, Christian Loro et Richard Thély, délégués Sud, ainsi que Alain Mercier, délégué CGT, sont assignés jeudi devant un juge de l’exécution par la direction de l’usine pour avoir empêché durant huit jours la sortie et l’entrée de 17 camions alors que le site était bloqué par des salariés. Ceux-ci dénonçaient notamment les conditions de travail et demandaient l’extension d’une "prime de performance" à tout le personnel de production.

En vertu d’une ordonnance rendue par le président du tribunal de grande instance de Roanne, qui interdit à toute personne d’empêcher l’accès au site sous astreinte de 200 euros par infraction constatée, les quatre syndicalistes encourent un cumul de 8.000 euros d’amende. "Cela représente plusieurs mois de salaires pour certains des délégués assignés. On nous a dit que Michelin avait grandement changé grâce à Edouard Michelin (le patron du groupe décédé récemment lors d’une sortie en mer, ndlr) mais le renouveau social chez Michelin, je ne le vois pas", a déclaré Me Jean-Louis Borie, du barreau de Clermont-Ferrand, avocat des quatre syndicalistes.

L’usine de Roanne, spécialisée dans la fabrication de pneus pour les berlines de luxe, compte 930 salariés. .

Lundi, le bureau national du syndicat Sud Michelin a adressé une lettre ouverte à Michel Rollier, le nouveau patron de l’entreprise, pour lui demander "d’arrêter cette procédure juridique à l’encontre des quatre représentants". Elle était accompagnée d’une pétition signée par quelque 600 salariés de l’usine de Roanne, selon le syndicat

site à visiter :

http://www.sud-michelin.org/article.php3?id_article=266