Accueil du site > Qui sommes nous ? > Présentation de Sud Industrie 35

Présentation de Sud Industrie 35

dimanche 1er janvier 2006, par Sud Industrie 35

Un nouveau syndicat en Ille-et-Vilaine :

SUD Industrie 35

SUD Industrie 35 a été créé en janvier 2004, à la sortie d’un conflit social à Thomson, par une poignée de salariés convaincus que les licenciements n’étaient pas une fatalité et que le combat pouvait inverser la tendance aux renoncements qui s’installe dans le paysage syndical français traditionnel.

Depuis, SUD Industrie 35 est devenu organisation majoritaire à Thomson R&D France (Cesson-Sévigné) ainsi qu’à l’AFPI Bretagne (Bruz), et d’autres sections syndicales sont en cours de constitution dans le pays de Saint Malo.

SUD Industrie 35 s’est aussi beaucoup impliqué dans le conflit ST-Microelectronics, en participant à la création d’un collectif contre les licenciements, “Résistance 2004”.

Solidaires avec tous les salariés, précaires et chômeurs ;

Unitaires dans l’action et la convergence des luttes ;

Démocratiques en privilégiant les débats et le consensus.


SUD : trois lettres, trois raisons d’adhérer

  1. Sortir de sa propre solitude sociale : Moins de 10 % des salariés sont syndiqués. A l’inverse, la majorité des entreprises adhèrent au Medef. Pour que chaque salarié puisse connaître et faire valoir ses droits, le plus efficace est encore qu’il se syndique. Adhérer à SUD, c’est avoir la certitude d’être conseillé et soutenu.
  2. Renforcer le syndicalisme : Chaque adhésion individuelle renforce le cadre collectif pour lui donner vigueur et cohésion. A SUD, tous les adhérents peuvent s’exprimer, se former et prendre des responsabilités.
  3. Combattre l’injustice : SUD veut remettre les besoins et les droits de chaque salarié au cœur des préoccupations. La redistribution des richesses est honteusement inégalitaire. Les services publics sont bradés à des groupes financiers. SUD conteste la logique libérale et se bat pour plus de justice sociale.

Nos actions

Défendre efficacement les travailleurs, c’est agir sur l’ensemble des facteurs qui déterminent leurs conditions d’existence et favoriser la construction de rapports de forces aptes à imposer d’autres choix économiques et sociaux favorables aux salariés, chômeurs, précaires...

Agir localement contre les décisions patronales ou gouvernementales ne peut suffire si, dans le même temps, rien n’est fait pour s’attaquer aux causes premières qui font que ces décisions sont prises.

Notre syndicalisme ne s’arrête pas à la porte des lieux de travail et s’inscrit pleinement dans un mouvement de résistance altermondialiste, dont l’importance et l’impact ont déjà permis d’ouvrir des brèches dans l’idéologie libérale.

« Un syndicalisme de terrain, de proposition et d’action est un élément déterminant pour améliorer la situation au quotidien et pour participer à l’élaboration d’une autre logique économique et sociale mettant fin au libéralisme. »

Nos priorités

La France est la quatrième puissance économique mondiale. Les richesses produites augmentent et, pourtant, les inégalités s’y développent. Les politiques libérales qui se succèdent ont pour conséquences un développement massif du nombre de chômeurs et de précaires, et l’accroissement de la pauvreté et de l’exclusion. Nous exigeons la mise en oeuvre de politiques économique, fiscale, sociale... qui rompent avec ces orientations. Cette exigence se pose au plan européen comme au plan mondial, ce qui justifie notre engagement dans le mouvement altermondialiste.

- Pour l’emploi

  • Nous dénonçons — alors que les plans sociaux se multiplient et que le nombre de chômeurs et de précaires ne cesse de croître — les politiques libérales menées de concert par le gouvernement et le Medef visant à donner toujours plus de droits aux patrons et à casser toujours plus ceux des salariés. Politiques qui s’avèrent chaque jour plus désastreuses, socialement et humainement.
  • Nous revendiquons :
    • le droit à un emploi stable et correctement rémunéré pour tous ;
    • l’interdiction de tout licenciement dans les entreprises ou groupes qui réalisent des profits ;
    • un statut du salarié qui garantisse la continuité de revenu et des droits sociaux, y compris dans une situation de chômage...

- Pour les droits sociaux

  • Nous dénonçons — alors que le gouvernement se prépare à une nouvelle offensive contre le système de Sécurité sociale qui s’annonce aussi dévastatrice que la contre-réforme sur les retraites — les politiques menées en matière de protection sociale, la remise en cause de tous les principes de solidarité, le développement de la précarisation et de l’exclusion.
  • Nous revendiquons :
    • le droit pour tout être humain à bénéficier d’un accès égalitaire de qualité aux soins ;
    • un système de retraites basé sur la répartition, au sein duquel les salariés ne soient plus condamnés à cotiser plus longtemps pour toucher moins et moins longtemps ;
    • une augmentation forte des salaires, du SMIC et des minima sociaux...

- Pour le service public

  • Nous dénonçons — alors que la cohésion sociale et l’accès de tous les citoyens aux mêmes prestations sont menacés — la remise en cause des services publics. Les parties les plus rentables sont convoitées par les puissances financières et les services de qualité ne seraient accessibles qu’aux couches les plus aisées de la société.
  • Nous revendiquons :
    • les services publics comme outil d’un partage du progrès et de lutte pour l’emploi ;
    • leur rénovation pour notamment en assurer un fonctionnement plus démocratique ;
    • la garantie pour les salariés de ces entreprises de conserver leurs acquis sociaux...

SUD Industrie 35 est membre de “l’Union syndicale Solidaires”

L’Union syndicale Solidaires, créée en 1981 à partir de 10 syndicats autonomes, non confédérés (le “Groupe des 10”), regroupe actuellement 39 fédérations ou syndicats nationaux. Elle est présente dans près de 80 départements, dont l’Ille-et-Vilaine, à travers des structures interprofessionnelles locales.

Les syndicats membres, la plupart sous l’étiquette SUD (Solidaires, Unitaires et Démocratiques), appartiennent à des secteurs professionnels très divers — relevant aussi bien du secteur public que du secteur privé : aérien, banques et finances, culture, éducation, énergie, industrie (PSA, Renault, Snecma, Thomson, Thalès, Airbus, Alsthom, Michelin, etc.), Poste et télécommunication, rail, recherche, santé, etc. Aujourd’hui, Solidaires est la première organisation syndicale dans un certain nombre d’établissements, d’entreprises, de services, d’administrations...

Solidaires compte actuellement près de 90 000 adhérents.

Un fonctionnement original

L’Union syndicale Solidaires met en oeuvre un fonctionnement original : au consensus, basé sur la recherche constante de ce qui unit plutôt que de ce qui divise. Il s’agit de mieux s’organiser pour mieux agir ensemble et éviter les phénomènes d’institutionnalisation, de délégation de pouvoir, d’experts, de superstructures que connaissent trop souvent les grandes confédérations.

Le goût de l’action collective

C’est une autre façon de vivre les structures inter professionnelles : en ce sens, l’Union syndicale Solidaires entend participer à la rénovation du syndicalisme pour redonner aux salariés le goût de l’action collective. Solidaires a l’ambition de favoriser l’unité d’action et les convergences avec toutes les forces syndicales qui s’opposent au libéralisme. Cela doit passer par des débats ouverts, à tous les niveaux, partant des préoccupations et des revendications des travailleurs.

Afin de participer à la construction d’un pôle social alternatif qui puisse être efficace contre le libéralisme, Solidaires favorise l’unité d’action et les convergences avec toutes les forces syndicales qui s’opposent à celui-ci et poursuit un travail en réseau avec les associations et mouvements citoyens impliqués dans ce même combat. A ce titre, Solidaires est parmi les membres fondateurs d’Attac, participe à la Coordination de la marche mondiale des femmes, est engagé dans le réseau des Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions, s’investit pleinement dans des initiatives tels les Forum sociaux...

Pour en savoir plus sur Solidaires