Accueil du site > Qui sommes nous ? > Pourquoi Sud Industrie 35 ?

Pourquoi Sud Industrie 35 ?

lundi 2 février 2004, par 1 Sud Industrie 35

Pourquoi SUD Industrie 35 ?

Des adhérents et des militants ont décidé de quitter la CFDT pour créer un nouveau syndicat : SUD INDUSTRIE 35. Ils ont été rejoints dans cette démarche par des salariés qui jusqu’ici n’étaient pas syndiqués.

Pourquoi quitter la CFDT ?

• après avoir été minoritaires dans la CFDT sur la position confédérale concernant l’accord de l’ASSEDIC (augmentation des cotisations chômage et diminution de la durée d’indemnisation) ;

• après avoir subi le coup de force de l’accord au gouvernement de la confédération de la CFDT pour mettre en place sa réforme sur les retraites (42 ans de cotisations à terme) ;

• après avoir subi un plan de sauvegarde de l’emploi à Thomson R&D France sans que les instances locales et départementales ne nous soutiennent dans nos revendications parce que nous étions dans une logique de lutte plutôt que dans une logique d’accompagnement et que nous avions fait savoir notre désaccord sur les retraites à la confédération ; des adhérents de la section CFDT de TR&DF ont décidé de ne plus soutenir la CFDT et donc de quitter cette organisation syndicale.

Que deviennent les mandats de CE, DP, CHSCT ?

Les salariés élus et ex-adhérents à la CFDT ont été élus par le personnel de TR&DF. En ce sens, ils conservent leur mandat, ainsi la commission de suivi du PSE et le CE continuent leur travail.

SUD Industrie 35, qu’est-ce que c’est ?

SUD : Solidaire Unitaire et Démocratique.

• Solidaire aux côtés des autres salariés, des chômeurs, des retraités, des « sans » (papiers, logement, etc.) et des antifascistes ;

• Unitaire aux côtés des autres organisations syndicales qui sont sur les mêmes terrains de lutte, dans un engagement inter-catégoriel et inter-professionnel ;

• Démocratique pour que chaque adhérent se sente partie prenante des décisions du syndicat.

Des adhérents de la CFDT quittent ou ont quitté cette confédération pour former des syndicats SUD. Le premier d’entre eux s’est créé en 1988, c’est SUD-PTT. Depuis d’autres syndicats SUD ont vu le jour essentiellement dans la fonction publique au début, maintenant aussi dans le privé.

Nous sommes plusieurs salariés de TR&DF a avoir créé la semaine dernière le syndicat « SUD Industrie 35 ». Ce syndicat a pour vocation de regrouper toutes les sections d’établissements ou d’entreprises du privé sur le territoire de l’Ille-et-Vilaine et qui correspondraient à la philosophie « Solidaire, Unitaire et Démocratique ».

Ce syndicat rejoindra le « Groupe des 10 - Solidaires ». Il se veut un syndicalisme de terrain où les revendications des salariés constituent les préoccupations des militants.

Et Thomson dans tout ça ?

Une section syndicale rattachée à ce nouveau syndicat voit tout naturellement le jour à Thomson R&D France. Un délégué syndical sera nommé prochainement par le secrétaire du syndicat Jean-François Vial. Jusqu’à ces derniers jours, les revendications portées auprès de la Direction de Thomson l’étaient entre autres par les militants CFDT. La façon de penser de chacun n’a pas changé. Le désaccord ne porte pas sur le travail fait à Thomson mais sur la façon, dont le fait que les instances de la CFDT (Union Locale, Union Départementale, Confédération) ne nous ont pas aidés à porter nos revendications. Demain, les militants continueront à faire leur boulot, chacun faisant confiance à telle ou telle organisation syndicale, ce n’est pas pour ça que sur le terrain ils seront désunis.

Cesson-sévigné, le 2 février 2004