Accueil du site > Expressions > Notre prise de parole à la manifestation du 28 février 2004 à Rennes

Notre prise de parole à la manifestation du 28 février 2004 à Rennes

vendredi 19 mars 2004, par 1 Sud Industrie 35

Notre prise de parole à la manifestation du 28 février à Rennes - par Joster

Rennes, le samedi 28 février 2004

Déclaration de SUD Industrie et L’Union Syndicale SOLIDAIRES

Nous vivons une époque où l’immense majorité de la population est attaquée dans son droit le plus fondamental : celui de vivre dignement. Ainsi pour les gouvernants, il ne suffit pas que depuis 20 ans nous subissions une austérité salariale. Les gouvernants ont aussi ajouté des restrictions au niveau de nos droits sociaux, et désormais nous subissons des licenciements massifs et dans tous les secteurs, y compris pour que les entreprises et donc les actionnaires fassent plus de profits. Les gouvernants s’attaquent aussi à la liquidation des services publics quels qu’ils soient avec toutes des conséquences sur l’emploi, mais aussi des conséquences sociales auprès des citoyens et bien souvent cela concerne les plus démunis.

Nous comprenons donc que si nous ne luttons pas TOUS ENSEMBLE, chacun de nous sera un jour ou l’autre EXCLU.

C’est pourquoi l’Union Syndicale SOLIDAIRES a tenu à manifester avec les camarades de STM aujourd’hui, pour lutter contre la fermeture de l’usine de Rennes qui entraînera inéluctablement des licenciements massifs. Il en sera de même avec la vente annoncée des usines Thomson de Rennes et Brest. C’est aussi pourquoi nos camarades de Brest sont là aujourd’hui.

Il est temps que nous nous arrêtions ce patronat et ce gouvernement qui se conduisent en réalité en délinquants.

Délinquants parce que le patronat fait du chantage à l’emploi pour réclamer des subventions publiques.

Délinquants aussi parce que ces groupes qui font tant de bénéfices gaspillent l’argent public pour organiser nos propres licenciements. Cet argent serait si utile à d’autres besoins.

En tant que citoyens et en tant que salariés nous sommes donc doublement dépouillés.

Cette situation doit cesser. C’est pourquoi l’Union Syndicale SOLIDAIRES appelle à d’autres manifestations, toujours plus unitaires et toujours plus massives. Il n’y a rien d’inéluctable à subir des licenciements. Nous pouvons les combattre, la preuve en a été faite à Thomson R&D France. Nous devons les combattre car le chômage augmente alors que la richesse du pays progresse.

Ces licenciements sont socialement CONDAMNABLES, moralement INACCEPTABLES. Nous devons tout mettre en ouvre pour les INTERDIRE