Accueil du site > Expressions > Le verdict est tombé hier après midi.. (28/09/06)

Le verdict est tombé hier après midi.. (28/09/06)

vendredi 29 septembre 2006, par 1 Sud Industrie 35

Tristan et François ont été reconnus coupables et condamnés tous les deux à 400 euros d’amende , 500 euros chacun pour les frais d’avocat du prof, et 1 euro symbolique(!).

Etant donné que les deux camarades étaient poursuivis pour des faits différents (outrage, et menaces de mort), la condamnation revête un caractère particulièrement politique.

De plus le prof a obtenu tout ce qu’il demandait (1 euro symbolique, et 1000 euros de frais d’avocat).

Le caractère politique du verdict suit le caractère poltique de l’accusation. En effet le prof est élu SGEN CFDT au CA et au CS de la fac, syndicat particulièrement investit dans la lutte contre la grève qui avait même proposé de constituer une "milice" de profs pour défaire les piquets de grève, syndicat qui avait poussé pour que ce prof porte plainte.

Par ailleurs une réunion entre syndicat de la fac avec le président de l’université avait eu lieu en juin. La rancune anti sud étudiant accusé de ne pas respecter le jeu institutionnel de la fac avait alors éclaté au plein jour de la part de l’administration de Rennes 2 et de certains syndicats (...) Le procès intenté au deux camarades sert donc d’exutoir pour celles et ceux qui ont été les ennemis politiques du mouvement.

Mais ce procès ne semble pas calmer les véleités de ces réactionnaires puisqu’au conseil d’administration du mardi 26 septembre certains profs, en particulier ceux de la corporation CFDT, qui sont allés jusqu’a dire que plus de 5 profs avaient été menacés de mort et que les procèdures judiciaires étaient amplement justifiées et que des procèdures disciplinaires seraient mises en place.

Cerise sur le gateau, un autre prof a porté plainte contre Tristan pour insulte auprès du procureur de la république d’Angers. Dans une deuxième déposition auprès du commissariat de Villejean il a rajouté que notre camarade l’avait manacé aussi. Accusations évidemment mensongères de la part d’un opposant farouche au mouvement qui a constamment attisé les tensions entre étudiants jusqu’a provoquer une bagarre.

Nos camarades ont décidé de faire appel et des initiatives seront organisées afin de dénoncer ces pratiques de vendetta à l’encontre du syndicat Sud étudiant Rennes.