Accueil du site > Expressions > La fermeture annoncée de l’usine PSA de Ryton

La fermeture annoncée de l’usine PSA de Ryton

vendredi 21 avril 2006, par 1 Sud Industrie 35

Communiqué

La fermeture annoncée de l’usine PSA de Ryton, près de Coventry, qui fabriquait la 206, laisse sur le carreau 2.300 emplois au premier semestre 2007.

A nouveau les sacrifices fait par les salarié-e-s n’ont servi à rien. L’usine travaillait sept jours sur sept depuis 1998 et était considérée comme une usine phare dans laquelle PSA avait investi 20,8 millions d’euros en 2004.

La litanie des ouvrier-e-s écoeurés d’avoir fait autant de sacrifices pour être, en définitive liciencié-e-s, est réactivée dans les médias. Les positions du syndicat TGWU sont moins popularisées. Ce dernier a décidé de se battre contre les licenciements.

Le contexte anglais de flexibilité sociale, de casse de l’industrie (50% de l’emploi industriel détruit en 20 ans) d’affaiblissement du mouvement syndical (le nombre d’adhérents dans l’ensemble de la Grande Bretagne a été divisé par deux depuis les grèves des mineurs de 1984-86 cassées par Thatcher) permet à PSA de fermer cette grande usine. En même temps PSA maintient et souhaite développer ses usines en Europe de l’Est.

Les délocalisations de la filière automobile en Europe sont courantes depuis des années mais en récente augmentation vers l’Est. Ce n’est pas seulement la course aux bas salaires (qui sinon, pourrait avoir lieu en Asie), mais autant et surtout les aides locales, régionales, étatiques et/ou européennes qui permettent aux constructeurs des avantages quant aux terrains, à la fiscalité, aux suppressions de "charges" sur les salaires....

Les libéraux qui proclament le plus haut le "moins d’Etat", la liberté absolue de la concurrence, utilisent en fait, et de manière massive les subventions des régions, des Etats, de l’Europe pour délocaliser leurs usines.

Les ouvriers de PSA en France, regroupés autour de SUD Auto et Solidaires dénoncent les suppressions d’emplois annoncées, par le PDG J.M. Folz, sous prétexte d’ancienneté du site et des coûts de production prétendument trop élevés. On nous a déjà fait le coup, souvent ; les exemples en France et en Belgique, chez Renault à Billancourt et Vilvoorde sont encore présents dans les mémoires. Nous manifesterons notre solidarité concrète aux ouvriers anglais de PSA et à leur syndicat TGWU.

Solidaires Industrie.