Accueil du site > Expressions > La bataille contre les salariés continue

La bataille contre les salariés continue

jeudi 19 janvier 2006, par 1 Sud Industrie 35

Toujours au nom de l’emploi, le gouvernement accentue la pression sur les conditions d’existence des salariés. La nouvelle « trouvaille » est le Contrat Première Embauche (CPE). Il s’agit d’une extension du Contrat Nouvelle Embauche (CNE) mis en place en août 2005 et dont le but est de légaliser le licenciement du salarié avec un préavis de 15 jours. Précisons qu’il existe déjà le CDD, contrat (déjà) précaire mais qui protége le salarié tout le long de la durée fixé. Le CNE est un contrat à durée déterminé jusqu’à 2 ans et applicable dans des entreprises de moins de 20 salariés. Le CPE reprend le « principe » du CNE mais s’adresse aux salariés de moins de 26 ans tout en faisant sauter cette limite de 20 salariés.

En pratique cette mesure et accueilli très favorablement par le patronat et pas à cause de l’effet (positif) sur l’emploi. Sur ce plan, les patrons précisent déjà que cette mesure n’influera pas (positivement) l’emploi des jeunes. Et précisément, parce qu’il sera inefficace, le patronat réclamera encore plus fort sont extension aux plus de 26 ans. Ce qui est visé est bien évidemment le Contrat à Durée Indéterminé (CDI), contrat « trop contraignant » aux yeux des possédants de ce pays.

Le rapport de force a été insuffisant pour que le gouvernement retire le CNE, sera-t-il assez fort pour rejeter le CPE ? A l’évidence le gouvernement nous teste avec cette série de mesures. Ces dernières ne sont pas sans conséquences mais ne s’attaquent pas directement à la plus grosse masse des salariés. Avant de se lancer dans cette « aventure », le patronat veut « sécuriser les rapports sociaux » c’est-à-dire acquérir la bienveillance de quelques centrales syndicales. Ne soyons pas dupes et préparons une réaction appropriée. Le CPE est une infamie au code du travail et doit être retiré !

Le gouvernement osera-t-il donner pleine satisfaction au patronat ? Cela dépend de nous !