Accueil du site > Expressions > Grève des agents GDF

Grève des agents GDF

vendredi 10 février 2006, par 1 Sud Industrie 35

Les agents GDF du terminal méthanier de montoir ( plus grand terminal d’Europe) sont depuis le 9 février 2006 en grève de 24 heures reconductible.

Les agents demandent plus de reconnaissance face à leurs activités professionnelles qui est fortement augmentés.

Les agents se sont fortement impliquées personnellement et professionnellement dans le développement de leur entreprise ce qui permet aujourd’hui à GDF de faire de faramineux bénéfices.

A travers cela ce sont de confortables dividendes qui sont offerts aux actionnaires

En contre partie la direction propose :

- Des projets de réorganisation qui ampute le service conduite de 6 emplois
- Refuse le reclassement objectif des classifications dans toutes les sections techniques
- Refuse une astreinte en binôme de certain service
- Refuse la pérennisation de poste de surveillant de travaux

Apres maintes et maintes interventions depuis 2004 des organisations SUD, FO, CGT, la direction préfère rester sourde à toutes revendications et laisser pourrir la situation. Nous rappelons que des organismes statutaires ne sont plus les reflets d’un consensus entre OS et direction mais une boite aux lettres qui doit uniquement signer et entériner les décisions de la direction.

Dans le cadre de la mission public qui nous est confié c’est la perte de compétences de notre savoir-faire puisque les jeunes embauchés ne pourront plus se former en binôme avec des agents d’expérience comme actuellement. C’est une gestion du stress non maîtrisé, c’est la remise en cause de la sécurité de notre site.

Les agents estiment êtres en droit d’exiger à travers leur mouvement une réelle réponse à leurs attentes.

Aujourd’hui les modalités de grève sont

- Pas de navire

- Pas d’émission

- Pas de remise d’autorisation de travaux par les chefs de quart

- Maintien en froid pendant les 24 premières heures

Compte tenu des retards accumulés, et ressentis par l’ensemble du personnel, paiement d’heures de grève avant signature d’un protocole de sortie de fin de conflit.