Accueil du site > Expressions > Elections à Thomson R&D France : Communiqué de presse de SUD Industrie (...)

Elections à Thomson R&D France : Communiqué de presse de SUD Industrie 35.

vendredi 9 mars 2007, par Sud Industrie 35

Les élections professionnelles qui viennent de se dérouler le jeudi 8 mars, à Thomson R&D France à Cesson-Sévigné, ont confirmé le syndicat SUD Industrie 35 comme l’organisation syndicale la plus représentative sur le site avec 46% des voix pour les titulaires au comité d’entreprise tous collèges confondus. SUD Industrie 35 renouvelle pratiquement son score de 2005 (48% des voix) et aura 4 élus titulaires sur 6 aux au comité d’entreprise. Les autres organisations syndicales présentes à Thomson R&D France sont la CFDT (25% des voix au CE) et la CGC (29% des voix au CE).

Au niveau des élections des délégués du personnel (tous collèges confondus), SUD est la deuxième organisation avec 34% des voix derrière la CFDT (38%) et devant la CGC (29%). Cependant SUD ne présentait pas de candidatures au 2ème collège.

Lors du dernier mandat (2005-2007), le élus SUD au CE n’ont cessé de demander des comptes à la Direction en particulier sur le développement du site de R&D Thomson à Pékin. Les informations que nous avons ne font que renforcer notre crainte que ce site n’existe que pour concurrencer le site de Rennes. S’il fallait le préciser, ce que vivent aujourd’hui les salariés d’Alcatel-Lucent légitime notre bataille.

Lors du dernier mandat également, SUD industrie 35 a mis beaucoup d’énergie dans la négociation sur le temps de travail qui a duré un an. Nous nous sommes opposés à l’augmentation du temps de travail de la Direction et avons proposés un autre aménagement du temps de travail, ce qui a permis à SUD de sauvegarder l’application des 35h et donc de signer un accord avec la Direction de Thomson R&D France.

C’est certainement grâce au travail accompli que les salariés à large majorité cadres (86% de l’effectif), ont renouvelés leur confiance envers SUD Industrie 35.

Un nouveau mandat s’ouvre, les problèmes sociaux demeurent et seul le travail syndical soutenu collectivement par les salariés pourra contribuer à les résoudre.