Accueil du site > Expressions > CNE : les premières plaintes de salariés licenciés arrivent aux (...)

CNE : les premières plaintes de salariés licenciés arrivent aux Prud’hommes

mercredi 15 février 2006, par 1 Sud Industrie 35

Renvoyé pour avoir réclamé le paiement de ses "heures sup", être tombé malade ou s’être promené en jogging : six mois après la création du contrat nouvelle embauche (CNE), les premiers dossiers de salariés contestant leur licenciement arrivent aux Prud’hommes, selon les syndicats.

"Nous suivons déjà une dizaine de dossiers : les premiers jugements interviendront dans trois ou quatre mois", explique le responsable du service juridique de la CFDT, Didier Cochuat. "Pour le moment ce sont des licenciements pour l’exemple, destinés à bien faire comprendre aux salariés de l’entreprise qu’ils doivent être malléables et corvéables à merci", estime-t-il.

Les autres syndicats commencent, eux aussi à voir affluer les dossiers, à Créteil, Aix-en-Provence, Bordeaux ou Lyon. Ici, c’est un employé remercié pour dix minutes de retard, là une jeune femme licenciée quelques jours après avoir annoncé sa grossesse. Très souvent, les salariés sont renvoyés après avoir réclamé le paiement d’heures supplémentaires. La CGT évoque le cas d’un salarié licencié après avoir prévenu son patron qu’il devait se faire opérer. La CFTC a reçu l’appel d’un boucher du nord de la France renvoyé pour avoir fait ses courses "en jogging", un jour de repos, dans le supermarché où il travaille habituellement.

Entré en vigueur en août, le CNE est réservé aux entreprises employant jusqu’à 20 personnes. Signe particulier : au cours des deux premières années, l’employeur peut licencier son salarié sans justifier sa décision. Au delà, il devient un contrat à durée indéterminée (CDI) normal.

"Le gros des ruptures devrait intervenir entre le 15e et le 20e mois", lorsque certains patrons vont vouloir se séparer de leurs employés juste avant que le CNE ne bascule en CDI, prévient M. Cochuat, qui s’attend à une "multiplication du contentieux".

Il est difficile de faire émerger les plaintes car le CNE concerne des salariés "peu syndiqués, à qui on a martelé qu’ils n’avaient aucun droit", indique Philippe Masson, responsable juridique de la CGT. Autre difficulté : contrairement à un CDI ou un CDD, c’est au salarié de prouver que son licenciement est abusif. Les syndicats doivent donc former leurs représentants aux prud’hommes à cette nouvelle forme de procédure. "On va utiliser à fond l’argument des motifs de licenciements illégaux (discrimination, femmes enceintes, etc)", explique M. Masson. "A partir du moment où on leur fournit quelques indices troublants, les Prud’hommes ont un pouvoir d’investigation assez large", souligne-t-il. "Perversion du système : l’ignorance du motif du licenciement va contraindre le salarié désirant le connaître à assigner presque systématiquement en justice son employeur", ont mis en garde des juristes en droit du travail, samedi, dans une tribune au Monde. ["Les nouveaux contrats, CNE et CPE, accroissent l’insécurité sociale sans mettre les entreprises à l’abri des procédures judiciaires"], ont-ils prévenu. "Les employeurs vont déchanter", prédit le secrétaire général de la CFDT François Chérèque.

Le risque de contentieux est d’autant plus important que les tribunaux auront, dans un premier temps à statuer sur la légalité même du CNE et de sa période de "consolidation des droits" de deux ans. "Il y a des ambiguïtés et ce sont les tribunaux qui vont être amenés à prendre position dessus. Même le Conseil d’Etat l’a reconnu : ces dossiers iront jusqu’à la Cour de cassation", prévient déjà le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

Source : AFP (Paris - mardi 14 février 2006)